L'Autre-Monde
L'Autre-Monde

Épisode 74 – Apocalypse Maintenant

 

            Arzhiel apparut dans une explosion d’éclairs aveuglants au milieu de la salle plongée dans la pénombre. L’air hagard, parfaitement nu à l’exception d’un bonnet de nuit vissé sur son crâne, il fixa d’un regard ombrageux ses alliés de la guilde des Archanges alignés en face de lui en train de protester et de gémir de cette vision pénible.

 

- « Trois jours que je porte les mêmes fringues, mais attendez bien la seconde où je me désape pour me téléporter, hein ! » grogna le nain en se couvrant décemment de son bonnet. « Et arrêtez les grimaces et les nausées là-bas, c’est limite vexant. »

- « Laissez tomber le sortilège de Détection d’Identité », lança Shalimar à ses sorcières, « c’est bien lui. « De grâce, passez-lui une liquette avant que les elfes déposent une gerbe de fleurs sur mon sol en os de paladins ! Arzhiel, allez vous asseoir à la table des manoeuvres près de Sum Groor que je vous explique de quoi il en retourne. »

- « Salut le barbare ! » salua Arzhiel. « Vous supportez mal les effets secondaires de la téléportation ? Vous êtes tout vert. »

- « Salut Courtes-Pattes. Le sort a mal opéré avec vous ? Il vous manque la moitié de votre corps, non ? »

- « Permettez-moi d’interrompre de si chaleureuses retrouvailles pour vous annoncer que la fin du monde approche », déclara Shalimar en s’installant en face d’eux. « Les rapports affluent des quatre coins du continent. Tous les sages sont unanimes. Les dieux ont décidé de nous coller une apocalypse sur le nez avant l’été. »

- « Je savais bien que ce n’était pas à cause de mon hygiène les épidémies et les animaux qui mourraient en masse », ronchonna Sum Groor. « Stupide chamane ! »

- « La fin des temps ? Mais qu’est-ce qui s’est passé ? »

- « On ne comprend pas ce qui a fichu les dieux en rogne comme ça », admit Shalimar en haussant les épaules. « Pas assez de piété, trop d’elfes…Certains avancent même l’hypothèse d’une procréation contre nature entre deux races ennemies ! »

- « Hein ? » sourit nerveusement Arzhiel. « Ce serait…bête, mais c’est pas crédible ! On n’est pas des sauvages…enfin pas tous, pas vrai Sum ? »

- « Du coup, c’est le boxon ! » s’exclama la drow en désignant les figurines évoluant sur la carte gravée dans la table. « Regardez le continent. Le chaos a semé des révoltes en masse de la part des seigneurs. Impossible de rétablir la paix. Les centaines de pions noirs, ce sont les ennemis qui viennent pour nous raser. »

- « Et nous, on est lesquels ? » demanda Arzhiel en examinant le plateau.

- « Les douze autres malheureux pions blancs au milieu. »

- « Mais on va se faire défoncer ! » s’écria Sum Groor en fixant sa figurine un os à la main à la place de la faux. « Hé ! Pourquoi je suis en pagne et pas en armure comme les autres moi ?! »

- « Tiens, ma montagne est assiégée », remarqua Arzhiel. « C’est ce qui doit expliquer l’absence de la moitié de mes troupes ce matin à l’appel. On n’est pas un peu mal, chef ? »

- « Silence ! » clama Shalimar en se redressant. « Ma déesse me parle ! Écoutez !..Oui…oui, déesse…Un peu enrouée, mais ça va…oui, l’ennemi, j’ai vu…la guerre, d’accord…Ben, là, deux alliés sous la main…non, rien qui tient debout, juste des sous races, mais je peux prévenir les autres… »

 

            Arzhiel et Sum Groor observèrent l’elfe noire parler dans la vide et se fixèrent avec le même air niais. Quand Shalimar se rassit, sa transe achevée, l’un d’eux cherchait sous la table à qui elle parlait tandis que l’autre inspectait le plafond d’un regard inquisiteur.

 

- « Pour la guerre, on l’a dans l’os », déclara Shalimar. « Laissez cette figurine où elle est, Sum Groor. On va se battre pour la gloire, la postérité et l’honneur mais c’est mal barré. Ma déesse me conseille de foutre le camp au plus vite avec ceux qui pourront suivre et on reconstruira ailleurs. Non, on va utiliser le portail dimensionnel qu’on avait braqué à un seigneur démon. »

- « Ça va être un peu ardu de se carapater en douce, non ? » remarqua Arzhiel. « On a l’air plutôt populaires sur cette carte. »

- « Pas grave. On va sacrifier quelques Archanges. C’est triste, mais on va bien trouver un ou deux humains pour couvrir notre retraite. Non, les elfes ne résisteront jamais assez longtemps et les nains son trop lents. Bon, les amis, ravie d’avoir fauché avec vous. On se retrouve au portail, si vous y arrivez. D’ici là, bons combats. Je dois filer, j’ai toute ma garde-robe et un assortiment d’esclaves à mettre dans mes bagages. Sont quand même chiants ces dieux ! » 

 

 

- « Alors ?! » bondit Elenwë quand son époux réapparut dans la chambre. « Je vous ai vu discuter avec Shalimar dans mon globe de vision. Vos amis vont nous aider à retrouver mon bébé ?! »

- « Pas tout à fait », marmonna Arzhiel, mal à l’aise. « Mais ils vous félicitent pour la naissance et vous envoient le bonjour. Regardez. Y en a même un qui vous offre une plante de son pays désertique. Bon, c’est moche et ça pique, mais ce sera très pratique pour épingler vos formules. C’est une cactée, il a dit. »

- « Comme les poules ? » interrogea Hjotra en s’approchant.

- « Qu’est-ce que vous faîtes ici, vous ? Ah, mais y a toute la troupe ! Allez-y rentrez ! Je suis juste à moitié à poil et sur le point de me coucher ! »

- « C’est moi qui les ai convoqués », répondit Elenwë. « Un messager a apporté un parchemin de Conleth. C’est une mission qu’il vous impose. Il exige que vous investissiez la crypte d’une mort-vivante maléfique nommée Adel la Morte et que vous la détruisiez. C’est peut-être une alliée de Teclan. »

- « Ben voyons ! Et après, on va faire ses courses et balayer sa cour ?! »

- « Ne faîtes pas l’enfant et ramenez-moi le mien. Je vous ai préparé un pentacle de téléportation qui vous mènera à la crypte. Allez, en route ! »

- « Mais ne poussez pas ! Je ne suis même pas habillé et……… »

 

            Arzhiel fut projeté par la magie elfique sur le sol d’une crypte froide et poussiéreuse. Il fut écrasé successivement par Hjotra, Svorn, Rugfid et Brandir lorsque les nains franchirent le passage. Le poids des visiteurs entremêlés éventra le sol usé qui s’effondra, entraînant le petit groupe au sous-sol dans un fracas de tous les diables. Hjotra déclencha un piège en s’agrippant à un levier pour se relever et les nains finirent encore plus bas, dans une salle secrète.

 

- « On touche le fond… » grommela Arzhiel en remboîtant son épaule, ses capitaines sur le dos.

- « Intrus… » persifla la voix d’outre-tombe d’une mort-vivante émergeant du sarcophage proche. « Que voulez-vous ? »

- « Rendez-nous le bébé et le gnome sinon Archy va nous changer en roseaux et des elfes viendront nous couper pour nous souffler dedans et… »

- « On vient vous pourrir quoi que vous ayez déjà pas mal entamé le boulot », répondit Svorn après avoir assommé Hjotra.

- « Oui ! » renchérit Rugfid. « Parce que vous êtes un monstre cruel et perfide et que comme dirait Miss Karak de cette année : « faire le mal, c’est pas bien » ! Au fait, vous avez des richesses dans votre cave là ? »

- « Écartez-vous », dit Brandir en levant sa hache. « Je n’ai pas envie de faire de vieux os ici donc je vais expédier ça. Tendez bien votre cou, madame la morte et serrez les dents, ça va piquer. »

- « C’est Conleth qui nous envoie ici », intervint Arzhiel. « Nous, on n’a rien contre vous, votre déco, votre odeur de putréfaction ou l’élevage de vers dans votre bouche. Dîtes-nous où est Teclan et on s’en va, d’accord ? Vous pouvez le dire, on s’en fout, c’est qu’un gnome taré. »

- « C’est mon amant », trancha Adel avec froideur. « Valets de Conleth, vous allez périr ! »

- « C’est malin, vous l’avez énervée, cousin ! Dîtes, c’est fort une mort-vivante ? »

- « Je sais pas », soupira Arzhiel, très las. « Posez la question au dragon spectral qu’elle est en train d’invoquer… »

 

- « Ah quand même ! » s’écria Elenwë en voyant revenir les cinq nains, en sang et presque morts, dix heures après leur départ. « Vous avez mis le temps ! Vous vouliez me faire mourir d’angoisse ou quoi ?! Vous avez réussi au moins ? »

- « Ouais », parvint à articuler Arzhiel en recrachant quelques dents. « Elle est morte Adel… »

- « Tant mieux ! Vous allez pouvoir enchaîner. Conleth a déposé trois autres parchemins de missions ! »